Download E-books Je dirai malgré tout que cette vie fut belle [ Gallimard Blanche ] (French Edition) PDF

By Jean d'Ormesson

Pour se défendre dans un procès qu il s intente à lui-même, l auteur fait défiler au galop un moveé évanoui. Il va de l âge d or d un classicisme qui règne sur l Europe à l effondrement de ce - monde d hier - si cher à Stefan Zweig. De Colbert, Fouquet, Bossuet ou Racine à François Mitterrand, Raymond Aron, Paul Morand et Aragon. Mais les charmes d une vie et les tourbillons de l histoire ne suffisent pas à l accusé : - Vous n imaginiez tout de même pas, que j allais me contenter de vous débiter des souvenirs d enfance et de jeunesse ? Je ne me mets pas très haut, mais je ne suis pas tombé assez bas pour vous livrer ce qu on appelle des Mémoires -. Les aventures d un écrivain qui a goalé le bonheur et le plaisir en dépit de tant de malheurs cèdent peu à peu l. a. position à un regard plus grave sur le drame qui ne cesse jamais de se jouer entre le temps et l éternité, et qui nous emportera.

Show description

Read Online or Download Je dirai malgré tout que cette vie fut belle [ Gallimard Blanche ] (French Edition) PDF

Best Autobiography books

Marlborough: Britain’s Greatest General

Bestselling army historian Richard Holmes offers an expertly written and exhilarating biography of John Churchill, the Duke of Marlborough and Britain's best soldier. Charting Churchill’s upward push to favour to guide his nation to glory, cementing its place as a massive participant at the ecu degree and saviour of the Holy Roman Empire, Holmes paints a portrait of a guy who mixed ardour, avarice and duplicity in his own lifestyles with tenacity and utter brilliance at the battlefield.

What to Look for in Winter: A Memoir in Blindness

The British literary sensation—“the such a lot startling, discomforting, complex, ungovernable, hilarious and heart-rending of memoirs ” (The Telegraph)—the tale of a celebrated writer’s unexpected descent into blindness, and of the redemptive trip into the previous that her lack of sight units in movement. Candia McWilliam, whose novels A Case of Knives, a bit Stranger, and controversial Land made her a reader favourite through the uk and around the globe, right here breaks her decade-long silence with a searing, intimate memoir that fanatics of Lorna Sage’s undesirable Blood, Mary Karr’s Lit, and Diana Athill’s someplace towards the top will agree “cements her prestige as one among our most crucial literary writers past query” (Financial Times).

The Other Side of the Dale

Gervase Phinn finds his early reviews as a college inspector within the different part of the Dale. because the newly appointed County Inspector of colleges in North Yorkshire, Gervase Phinn finds during this hot and fantastically funny account, the reviews of his first yr within the job—and what an schooling it was once!

The Book of Margery Kempe (Penguin Classics)

This earliest-known British autobiography is a outstanding and touching list of the writer s tricky pilgrimage from insanity to Christian religion. "

Extra resources for Je dirai malgré tout que cette vie fut belle [ Gallimard Blanche ] (French Edition)

Show sample text content

Il y a du comique dans son Procès. Il y a du comique dans sa Métamorphose. Je sais, bien entendu, que l. a. Métamorphose est une tragédie existentielle. Mais si l’histoire d’un variety qui se swap en coléoptère n’est pas en même temps un sujet de comédie, je veux bien être pendu. MOI : Méfiez-vous. Vous risquez de l’être. MOI : À mes yeux de ce temps-là, dans los angeles turne de l. a. rue d’Ulm, l’essentiel chez Proust, le plus beau, le plus citadel – le plus interminable aussi –, c’était l. a. jalousie. Je me demandais si Marie-Pierre ne préférait pas Laplanche à ma modeste personne. Et le pire – c’est une malédiction dans ma vie où tout se répète toujours – était que je los angeles comprenais. Vous savez ce que c’est dans les histoires d’amour et dans los angeles jalousie : toujours… MOI : Ne me prenez pas pour complice de vos basses turpitudes, libidineux personnage. Ni même pour votre témoin. Je ne suis pas un témoin. Je suis votre juge. MOI : Pardonnez-moi, noble Sur-Moi… toujours l’inattendu arrive. L’inattendu, cette fois-là, est tombé comme los angeles foudre. Marie-Pierre était allée au cinéma. Je me demandais dans l. a. douleur si c’était avec Laplanche. Mais ce n’était pas avec Laplanche. C’était avec un autre. Avec un garçon un peu plus âgé que nous. Je ne sais pas trop pourquoi – parce que c’était le movie que Marie-Pierre était allée voir avec lui ? parce que c’était le movie que je suis allé voir moi-même pour me changer les idées ? – mais mon histoire avec Marie-Pierre est restée marquée du sceau de Mädchen in Uniform. Vous vous souvenez de los angeles scène où l’essaim de jeunes filles descend un escalier en criant � Manuela ! Manuela ! � ? … MOI : Vous n’allez pas nous faire maintenant le coup du critique de cinéma ? Laissez tomber Manuela. Qui était ce jeune homme qui surgit dans votre vie ? MOI : C’était Simon Nora. Le monde se tricotait encore. Simon était le fils d’un grand médecin à qui était arrivée une étonnante aventure. Dans sa jeunesse, avant los angeles guerre, le docteur Nora exerçait à Marseille. Un soir, déjà tard, on sonne à sa porte. Il ouvre. Deux hommes vêtus de cuir noir en transportent un troisième, plutôt en mauvais état. — coincidence, lance un des deux hommes qui sont avares de leurs paroles. Le docteur Nora study le sufferer. — Vous vous moquez de moi ? Cet homme a reçu deux balles. — T’occupe, dit le plus bavard d’un ton sec. Tu le soignes, c’est tout. Le docteur Nora extrait les deux balles, nettoie los angeles plaie, pose un pansement. — Ce ne sera pas trop grave. J’ai fait ce qu’il fallait. Dix jours de repos. Pas d’alcool. Pas de femmes. Maintenant, vous emmenez votre homme. Les trois gaillards s’en vont, les uns soutenant toujours l’autre, à moitié dans les vapes. Le docteur Nora est déjà, à Marseille, un homme très occupé. Il ne pense plus à l’affaire. Quinze jours plus tard, le téléphone sonne. Il décroche. — Allô ! Ici Carbone. Carbone était à l’époque un des truands les plus célèbres de Marseille. Un de ceux qui, plus tard, allaient collaborer avec les Allemands. C’était encore l. a. vieille école. Violente, mais avec des règles. — Bonjour, Monsieur, répond le docteur, à qui le nom ne dit pas grand-chose.

Rated 4.31 of 5 – based on 37 votes