Download E-books À grandes gorgées de poussière PDF

By Myriam Legault

Martine, adolescente, habite un village qu’elle souhaite plus que tout délaisser pour l. a. grande ville. Elle despatched que si elle ne s’évade pas, sa vie sera sans envergure et désespérément prévisible, ce qu’elle refuse de tout son être. Mais avec l’arrivée de Nadine, citadine charmeuse, dégourdie et audacieuse, débute une amitié envoûtante et troublante. Elle inclut forcément Antoine, l’ami et complice de Martine depuis l’enfance. L’inévitable arrive : Nadine ensorcelle le bel Antoine et Martine est ballottée par ses réactions vives et confuses.

Ce roman initiatique plaira aux youth, mais ses ambiances finement évoquées interpellent aussi les adultes. vehicle ceux-ci ne sont pas à l’abri des aspirations irréconciliables et des conséquences imprévues de leurs choix.

Show description

Read or Download À grandes gorgées de poussière PDF

Similar Canadian Literature books

Some Great Thing

Submit yr notice: First released March twenty sixth 2004
------------------------

In his hugely acclaimed debut novel, Colin McAdam depicts the fight among males thinking about construction a city's destiny: developer Jerry McGuinty, blue collar, homemade, a grasp craftsman, and Simon Struthers, a civil servant from a well known, filthy rich historical past who shapes land-use coverage. Jerry has a blind spot for his alcoholic spouse, and Simon strikes among girls, fed on by means of a frantic vacancy. whilst their tales start to intertwine, their lives and targets are set on a collision direction. A richly saw tale of kin, type, love and the person contributions we make to the bigness of the area, a few good thing is a robust paintings from probably the most fascinating voices of his generation.

From the alternate Paperback edition.

Literary Awards
John Llewellyn Rhys Prize Nominee (2004), Amazon. ca First Novel Award (2004)

Hateship, Friendship, Courtship, Loveship, Marriage: Stories

WINNER OF THE NOBEL PRIZE® IN LITERATURE 2013In the her 10th assortment (the name tale of that is the foundation for the hot movie Hateship Loveship), Alice Munro achieves new heights, growing narratives that loop and swerve like reminiscence, and conjuring up characters as thorny and contradictory as humans we all know ourselves.

The Wreckage

Having completed huge luck along with his first novel, River Thieves, Michael Crummey has written a booklet that's both wonderful and compelling. The Wreckage is a very epic, but twisted, romance that unfolds over a long time and continents. It engages readers at the austere seashores of Newfoundland’s fishing villages and drags them throughout to eastern POW camps in the course of the various worst occasions of the second one global battle.

Conceit

"St Paul's cathedral stands like a cornered beast on Ludgate hill, taking deep breaths above the smoke. the fireplace has made terrifying growth within the evening and is last in at the historic monument from 3 instructions. equipped of huge stones, the cathedral is held to be invincible, yet without notice Pegge sees what the flames covet: the 2 hundred and fifty toes of scaffolding erected round the damaged tower.

Extra info for À grandes gorgées de poussière

Show sample text content

Il faut que je parte. Je n’ai plus de raison de rester ici. Le problème, c’est que je n’ai pas d’endroit où vivre là-bas. Au pire, je believe que je pourrais rester dans une auberge de jeunesse jusqu’à ce que je me trouve un emploi… De toute façon, je veux que les cartes me disent si c’est le bon chemin à prendre, si tout s’arrangera quand je serai à Montréal. Le visage de Suzanne s’embrouille. — Tu veux te rendre à Montréal, puis vivre dans une auberge? Tu n’as pas d’autre endroit où aller? — Non. — C’est un gros problème ça, hein? Je ne dis rien. — Tu veux absolument y aller? — Oui. Absolument. C’est mon plus grand désir, mon plus grand rêve. Elle me regarde longuement. — J’ai toujours cru qu’il faut suivre ses rêves, dit-elle doucement, ce qui fait naître un brin d’espoir en moi. — J’ai un frère à Montréal, dit-elle, qui est propriétaire de quelques immeubles. Je pourrais lui donner un coup de fil pour voir s’il a un appartement vide. Je pousse un cri de joie : — Vraiment? Mon enthousiasme los angeles fait éclater de rire. — Oui, vraiment! Mais ne te fais pas trop d’espoirs, Martine! Il n’y charisma peut-être pas d’appartement à louer. Et d’ailleurs je ne sais pas combien ils coûtent. En tout cas, je vais lui téléphoner. Ébahie, je murmure : — Merci. Mon rêve se concrétise. Je me sens rougir d’anticipation. Un appart’ à moi seule… Ah, los angeles vie serait parfaite! À ce moment-là, Nadine apparaît dans l’embrasure de los angeles porte. Elle sursaute en me voyant. — Martine. Allô. — Allô. Un silence inconfortable s’installe. Elle ne s’attendait pas à me trouver dans sa delicacies, elle ne sait pas quoi dire. En l. a. regardant se mettre les mains dans les poches, je pense à Antoine. Je me demande s’ils ont marché major dans l. a. major aujourd’hui. Antoine-et-Nadine. Un frisson me traverse. Je n’ai pas le goût de voir Nadine. — Je me préparais à partir, dis-je en me levant. Suzanne hausse les sourcils. Elle n’a pas encore lu mes cartes. Je lui lance qu’elle m’a dit tout ce qu’elle avait à me dire. Nadine se tasse pour me laisser passer. — À plus tard, Martine! me dit-elle d’un ton exagérément positif. Je l. a. regarde dans les yeux. Je lui dis : — À plus tard. Je n’aurais pas dû lui dire ça. J’aurais dû lui dire : Adieu. Adieu, Nadine. Chapitre eight Ma mère n’a pas explosé en mille morceaux. Elle n’a pas piqué une crise, elle ne s’est même pas mise à pleurer. Quand je lui ai annoncé mon départ, elle est restée debout, là, bête, et m’a regardée longuement. Si longuement que je me suis call foré si elle m’avait bien entendue. — Je vais déménager à Montréal, ai-je répété. Les mains tremblantes, elle a dénoué son tablier, l’a posé sur l. a. desk et s’est affalée sur los angeles chaise de delicacies. Avec ses yeux cernés et ses épaules tombantes, elle me paraissait plus vieille et plus fatiguée que jamais. Enfin, son visage s’est durci, ses épaules se sont redressées et elle a lancé l’attaque : — Tu as décidé ça sans me demander ce que j’en pense? Je m’apprêtais à répondre qu’elle savait bien que j’y réfléchissais depuis longtemps, mais elle m’a coupé l. a. parole. — Tu ne peux pas y aller, a-t-elle lancé d’un ton ferme.

Rated 4.20 of 5 – based on 15 votes